Advanced

Hydration and Strength of High-Performance Concrete.

Persson, Bertil LU (1996) In Advanced Cement Based Materials 3(3). p.107-123
Abstract
L’évolution à long terme de l’humidité relative interne, de la résistance et de l’hydratation ont été étudiées sur huit bétons en conservation étanche, à l’eau, pendant 28, 90 et 450 jours. Le rapport eau/ciment du béton oscillait entre 0,22 et 0,58. La moitié des bétons contenaient 10% de fumée de silice. Les échantillons consistaient en disques de 1 mètre de diamètre et de 100 mm d’épaisseur. Les côtés plats de l’échantillon grand format étaient rendus étanche par de la résine plastique époxydique. L’échantillon grand format simulait une colonne de 1 m de diamètre.



L’humidité relative interne était mesurée par un ensemble de 144 tuyaux en plastique de 50, 150 ou 350 mm partant de l’arête circulaire du disque. La... (More)
L’évolution à long terme de l’humidité relative interne, de la résistance et de l’hydratation ont été étudiées sur huit bétons en conservation étanche, à l’eau, pendant 28, 90 et 450 jours. Le rapport eau/ciment du béton oscillait entre 0,22 et 0,58. La moitié des bétons contenaient 10% de fumée de silice. Les échantillons consistaient en disques de 1 mètre de diamètre et de 100 mm d’épaisseur. Les côtés plats de l’échantillon grand format étaient rendus étanche par de la résine plastique époxydique. L’échantillon grand format simulait une colonne de 1 m de diamètre.



L’humidité relative interne était mesurée par un ensemble de 144 tuyaux en plastique de 50, 150 ou 350 mm partant de l’arête circulaire du disque. La conservation étanche montrait une autodessication notable, tout particulièrement lorsque la fumée de silice entrait dans la composition du béton. Même en cas de conservation sous l’eau, l’humidité relative interne dans un béton ayant un rapport eau/ciment de 0,22, tombait à 0,8 au bout de 450 jours de conservation, à 50 mm de la surface de l’eau. Il s’avérait que l’autodessication du béton était fonction du temps et du rapport eau/ciment.



Pour obtenir une résistance, un total de 648 trous étaient percés dans les disques. La résistance du béton s’accrut régulièrement tout au long des 450 jours, indépendamment du type de conservation. L’évolution de la résistance était aussi indépenante de la distance entre le bord durci du disque et les trous (50, 150 et 350 mm). La résistance était affectée par le type de conservation uniquement pour un béton ayant un rapport eau/ciment élevé. Une autre équation indiquait que le ”quotient de rendement” entre la fumée de silice et la teneur en ciment, pour ce qui est de la résistance à la compression de 432 trous, oscillait de 1 à 8 en fonction de l’âge et du rapport eau/ciment du béton. En conséquence, l’évolutionde la résistance s’avéra plus lente pour des bétons contenant de la fumée de silice que pour des bétons sans fumée. Pourtant la résistance de bétons avec la fumée de silice augmenta même audelà de 450 jours. Des rapports furent établis entre une résistance à la compression et une résistance à la traction pour 648 échantillons. Au bout de 450 jours, la résistance à la traction était plus faible par rapport à la résistance à la compression, en conservation à l’air et sous l’eau que par conservation étanche, cela étant dû probablement à des autocontraintes créées par les différences d’humidité dans le béton. (Less)
Please use this url to cite or link to this publication:
author
organization
publishing date
type
Contribution to journal
publication status
published
subject
keywords
Compressive strength, hydration, relative humidity, self-desiccation, strength, split tensile strength, concrete
in
Advanced Cement Based Materials
volume
3
issue
3
pages
107 - 123
publisher
Elsevier
external identifiers
  • scopus:0030122440
ISSN
1065-7355
DOI
10.1016/1065-7355(96)00019-3
language
English
LU publication?
yes
id
fc47ba40-74d6-40b0-bef5-0d0fd191c451 (old id 118597)
date added to LUP
2007-07-09 14:06:32
date last changed
2017-05-28 04:21:34
@article{fc47ba40-74d6-40b0-bef5-0d0fd191c451,
  abstract     = {L’évolution à long terme de l’humidité relative interne, de la résistance et de l’hydratation ont été étudiées sur huit bétons en conservation étanche, à l’eau, pendant 28, 90 et 450 jours. Le rapport eau/ciment du béton oscillait entre 0,22 et 0,58. La moitié des bétons contenaient 10% de fumée de silice. Les échantillons consistaient en disques de 1 mètre de diamètre et de 100 mm d’épaisseur. Les côtés plats de l’échantillon grand format étaient rendus étanche par de la résine plastique époxydique. L’échantillon grand format simulait une colonne de 1 m de diamètre.<br/><br>
<br/><br>
L’humidité relative interne était mesurée par un ensemble de 144 tuyaux en plastique de 50, 150 ou 350 mm partant de l’arête circulaire du disque. La conservation étanche montrait une autodessication notable, tout particulièrement lorsque la fumée de silice entrait dans la composition du béton. Même en cas de conservation sous l’eau, l’humidité relative interne dans un béton ayant un rapport eau/ciment de 0,22, tombait à 0,8 au bout de 450 jours de conservation, à 50 mm de la surface de l’eau. Il s’avérait que l’autodessication du béton était fonction du temps et du rapport eau/ciment.<br/><br>
<br/><br>
Pour obtenir une résistance, un total de 648 trous étaient percés dans les disques. La résistance du béton s’accrut régulièrement tout au long des 450 jours, indépendamment du type de conservation. L’évolution de la résistance était aussi indépenante de la distance entre le bord durci du disque et les trous (50, 150 et 350 mm). La résistance était affectée par le type de conservation uniquement pour un béton ayant un rapport eau/ciment élevé. Une autre équation indiquait que le ”quotient de rendement” entre la fumée de silice et la teneur en ciment, pour ce qui est de la résistance à la compression de 432 trous, oscillait de 1 à 8 en fonction de l’âge et du rapport eau/ciment du béton. En conséquence, l’évolutionde la résistance s’avéra plus lente pour des bétons contenant de la fumée de silice que pour des bétons sans fumée. Pourtant la résistance de bétons avec la fumée de silice augmenta même audelà de 450 jours. Des rapports furent établis entre une résistance à la compression et une résistance à la traction pour 648 échantillons. Au bout de 450 jours, la résistance à la traction était plus faible par rapport à la résistance à la compression, en conservation à l’air et sous l’eau que par conservation étanche, cela étant dû probablement à des autocontraintes créées par les différences d’humidité dans le béton.},
  author       = {Persson, Bertil},
  issn         = {1065-7355},
  keyword      = {Compressive strength,hydration,relative humidity,self-desiccation,strength,split tensile strength,concrete},
  language     = {eng},
  number       = {3},
  pages        = {107--123},
  publisher    = {Elsevier},
  series       = {Advanced Cement Based Materials},
  title        = {Hydration and Strength of High-Performance Concrete.},
  url          = {http://dx.doi.org/10.1016/1065-7355(96)00019-3},
  volume       = {3},
  year         = {1996},
}